L’association

Qui sommes-nous ?

Dans notre société, où tout va si vite, l’attirance pour un jeune animal fait que l’on ne se pose que rarement la question de changement éventuel de situations, ou même de vacances … et le chat se retrouve dans la rue, rarement stérilisé.

Dans tous les pays d’Europe et en France particulièrement, il est courant que l’on estime « insupportable » le nombre de chats errants regroupés en îlots dans les jardins d’une résidence, au bas d’un immeuble, ou même sur un parking …

Toutes les associations, les Pouvoirs Publics et les diverses Administrations… sont tous d’accord pour s’en inquiéter, car cela constitue un réel problème.

La loi n° 99-5 du 6 janvier 1999 offre une alternative à l’euthanasie pure et simple des chats abandonnés (après capture et fourrière) – une façon de reconnaître aussi que l’euthanasie n’a jamais fait régresser les îlots de chats errants, bien au contraire, et que les chats en liberté jouent un rôle écologique en remplaçant notamment (avantageusement) les raticides, …

D’après cette Loi en effet, le maire d’une commune peut demander à une association de protection animale de procéder à la capture de chats non identifiés – sans propriétaire – vivant dans des lieux publics de la commune, à leur stérilisation et à leur identification, puis de les relâcher sur ces mêmes lieux.

Une fois relâchés, ces chats sont placés sous les responsabilités conjointes du maire et de l’association (gestion, nourrissage et suivi sanitaire).

Le Chat errant devient ainsi un Chat libre.

Ces solutions simples demandent beaucoup d’organisation, de méthode et d’implication sur le terrain.

C’est ce que notre Association essaie de faire de son mieux depuis 2006.

Pourquoi le Chat Libre Azuréen ?

En Septembre 2006 naissait Le Chat Libre Cannois, de la volonté et surtout de la ténacité de sa Présidente, Gisèle-France COLOMBEL. Ce matin de 2006, en descendant de chez elle, Gisèle COLOMBEL, une passionnée de chats et de protection animale, ne compte plus que deux chats sur la douzaine d’errants qu’elle croise chaque jour.

Après enquête elle découvre l’énormité et l’horreur : ces chats ont été capturés et euthanasiés au nom du Code rural !

Alors débute un parcours du combattant, elle veut créer son Association pour offrir à ces pauvres malheureux une alternative à l’euthanasie. La loi de 1999 le permet d’ailleurs. Elle rencontre Municipalités et autre Conseil Général.

On lui confirme que c’est une bonne idée de faire une Association. Et voilà comment le Chat Libre Cannois naît en septembre 2006, contre toute attente.

L’Association compte alors deux adhérents.

3 ans plus tard Le Chat Libre Cannois devient LE CHAT LIBRE AZUREEN. En 2011 le nombre d’adhérents avoisine les 500.

Son action s’étend à toute la partie Ouest du département, de Mandelieu à Antibes et la zone de Sophia-Antipolis, en passant par Cannes, Le Cannet, Vallauris, Mougins, et l’arrière-pays. Nous collaborons avec des associations situées en France, et nos sympathisants viennent même de l’Etranger.

Notre Association est déclarée d’intérêt général et ses comptes sont certifiés par un cabinet indépendant.

De quoi rassurer mairies, Conseil Général et aussi nos généreux donateurs sur l’utilisation de leurs subventions et dons.

  • nous ne sommes rien sans les subventions et les dons que nous recevons,
  • nous ne sommes rien sans vous et sans votre soutien,
  • nous ne sommes rien sans nos bénévoles dont le dévouement est total et sans bornes.

Nous avons de grands desseins pour notre association et espérons tous la voir grandir.

Nous remercions tous ceux qui nous apportent leur aide au quotidien.

Qui sont nos Membres & Bénévoles ?

L’équipe du Chat Libre Azuréen est constituée d’un Bureau et surtout de ses bénévoles sans lesquels rien ne pourrait se faire.

Lors de l’Assemblée générale du 15 mars 2016, le Bureau a été renforcé par de nouveaux bénévoles.

Les membres du Bureau sont :

  • Présidente : Gisèle COLOMBEL
  • Secrétaire Générale : Josiane VIALLE
  • Trésorière : Nathalie TATARD
  • Trésorière adjointe : Marithé THEBAUT
  • Responsable Adoptions : Nicole-Aimée PERDOMO
  • Conseillère en Relations Publiques : Jacqueline MONGE
  • Conseillère Systèmes informatiques & WEB : Estelle VASSEUR
  • Conseillère Administration/Informatique : Stéphanie GARCIA-THIBAUT
  • Conseiller Gestion des captures : Serge SFEZ

Merci à elles, merci à tous nos bénévoles, nourriciers, « trappeurs », collecteurs de nourriture, merci à toutes nos familles d’accueil, merci à tous ceux qui font vivre l’association !

N’hésitez pas à venir nous rejoindre.

La Responsabilité de Tous !

Oui, vous : citoyens, élus municipaux, tous ces responsables à plus ou moins haut niveau …

La prolifération des animaux domestiques – et je parle de ce que je connais : les chats ! – atteint des niveaux absolument effrayants ! De bonnes âmes (que je remercie) prennent en charge des chatons, des chats, mais la plus grosse partie d’entre eux, finissent comme des ordures ménagères !

On s’indigne pour l’état de sa pelouse, pour les voitures « salies » par de petites pattes de chats… il ne s’agit que de « chats » ! La prolifération atteint des niveaux record, toutes les associations et les amis des chats sont unanimes sur ce point.

Le manque de civisme de mes concitoyens m’écœure : prendre un petit être vivant comme un jouet, pour s’en débarrasser pour toutes sortes de convenances personnelles (par exemple parce qu’il devient vieux, malade, qu’il fait hors de sa litière….).

Quand se décidera-t-on à apprendre aux enfants à l’école, le respect du VIVANT ? Puisque apparemment les adultes ont oublié ….

Il est courant que des chats soient empoisonnés pour des raisons futiles, et sans que personne ne se pose la question simple : « Pourquoi viennent-ils quémander de la nourriture ?, Pourquoi viennent-ils dans « mon jardin », dans « ma résidence ». Qui se pose la question de savoir pourquoi ils sont là ? ».

Propositions simples :

  • Demander l’application de la loi (les peines sont toujours ridicules par rapport aux maltraitances).
  • Pourquoi rendre obligatoire l’identification des carnivores, alors qu’aucune sanction n’est prévue en cas de défaut d’application de la loi ?
  • Pourquoi n’importe qui peut-il porter l’accusation la plus sordide contre vous, alors qu’un dépôt de plainte pour maltraitance aggravée n’est pratiquement jamais prise en compte, quand elle concerne un animal ?

Les mairies ont, en principe, la responsabilité de la prolifération. Que font-elles ? Elles distribuent, avec une très grande parcimonie, des subventions au même titre que pour les associations de joueurs de boules, de motards (parfaitement)… avec moins de largesse, bien sûr, il ne s’agit que de chats !

Gisèle-France Colombel

Présidente de l’Association Le Chat Libre Azuréen

Notre Bilan 2016

A vous tous, adhérents, sympathisants,

Comme tous les ans, je viens vers vous pour vous présenter les résultats de notre activité de l’année écoulée.

Au cours de 2016, nous avons :

  • pris en charge 877 chats (dont 478 femelles et 399 mâles),
  • fait stériliser 516 chats,
  • fait soigner 708 chats*,
  • fait adopter 187 chats.

*gale des oreilles, soins dentaires, abcès, parasites, divers… mais aussi identifications, chirurgie lourde …

 

*Beaucoup de chats ont été soignés pour des fractures, des blessures très graves, et coûteuses.

Ces résultats, établis par commune, chat par chat, sont consultables à notre permanence.

Nous avons été particulièrement heureux de pouvoir aider à l’adoption, ou à des soins, d’autres associations, ou bénévoles de terrain qui ont fait appel à nous.

Oui, ces résultats sont très importants, nous les devons entièrement à nos bénévoles, qui se dévouent pour une cause qui nous est chère à tous. Je les remercie profondément, à commencer par les capteurs, les nourriciers, mais aussi tous ceux qui font fonctionner une « machine » devenue très lourde.

Une association de plus de 600 membres, qui respecte la législation à la lettre, est astreinte à une rigueur, une administration très stricte. Nous n’attendons pas de félicitations de votre part (même si elles nous font toujours plaisir …), mais une aide, une aide financière bien sûr, mais surtout des bénévoles qui accepteraient de consacrer quelques heures à cette cause qui nous tient tant à cœur !

Parmi ces aides :

  • une aide financière, notamment en n’oubliant pas de payer vos cotisations, et plus si cela vous est possible,
  • des bénévoles pour 2 heures par mois, pour nos collectes de nourriture,
  • des bénévoles pour notre permanence (ouverte au public tous les après-midi),
  • des bénévoles pour nos braderies, vide-greniers…

Toutes compétences recherchées et acceptées avec reconnaissance !

En ignorant cet appel, c’est la détresse des chats de la rue que vous ignorerez !

Merci à vous tous.

Gisèle-France Colombel

Présidente de l’Association Le Chat Libre Azuréen

Ils nous soutiennent …

angevins
partenaires
onevoice
30millionsdamis

Univet